fermer

f°007 - Verso | f°008 - Recto  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°008 - Verso -  >> f°009 - Recto | f°009 - Verso

Cote : Montmorency_495_f_008__v | ID_folio : 3632 | ID_Transcription : 3637 | ID_Image : 14410
propriété naissant d'ailleurs que de la main-d'oeuvre ; car on ne voit  pas ce que, pour s'approprier les choses qu'il n'a point faites l'homme y peut mettre de plus que son travail. c'estC'est le seul travail qui donnant droit au cultivateur sur le produit de la terre qu'il a  labourée, lui en donne par conséquent sur le fonds, au moins  jusqu'à la récolte, et ainsi d'année en année ; ce qui faisaitfaisant une possession continue se transforme aisément en propriété ».  (p.page 136)
maisMais les talenstalents n'étant point égaux, le laboureur ayant plus besoin de fer, le forgeron plus besoin de blé, l'inégalité naturelle se développa insensiblement avec celle de combinaison.Réf. bibl.
voilàVoilà toutes les qualités naturelles mises en action, le rang et le sort de chaque homme établis non seulement par la quantité de bienbiens1 et le pouvoir de servir ou de nuire mais sur l'esprit, la beauté, la force et ces qualités étant essentielles il fallut les avoir, ou les feindre - l'homme est assujeti par ses besoins aux autres, et il faut qu'il leur fasse trouver en effet ou en apparence leur profit à travailler prpour le sien - de là jalousie, penchant à se nuire rivalité, tous les maux. Réf. bibl.
Quand les héritages se furent accrus au point de se toucher, ils ne purent plus s'étendre qu'en envahissant les uns sur les autres, les surnuméraires furent obligés de  recevoir ou de ravir leur subsistance de la main des riches de là les rapines, les usurpations. lesLes riches alors prpour se défendre du nombre infini des pauvres qui les attaquait, en se déchirant eux-mêmes, imaginèrent les maximes principes de la société, d'un système de gouvernement. telleTelle est l'origine de la société et des lois. l'établissementL'établissement d'une seule société exigea celle de toutes les autres. Réf. bibl.
origineOrigine du droit des gens
« etEt la loi civile2 étant devenue la règle commune des citoyens, la loi de nature n'eut plus lieu qu'entre les diverses sociétés, où sous le nom de droit des gens entr elle fut tempérée par qquesquelques conventions tacites prpour rendre le commerce possible et suppléer à la  commisération naturelle qui... etc. » (p.page 146)

Transcription : Stéphanie Dord-Crouslé, Émeline Gorégues

Page de notes de lecture


Notes

1Rousseau écrit : "sur la quantité des biens" (p. 138).

2Rousseau écrit : "le droit civil" (p. 146).

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :