fermer

f°010 - Recto | f°010 - Verso  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°011 - Recto -  >> f°011 - Verso | f°012 - Recto

Cote : Montmorency_495_f_011__r | ID_folio : 3627 | ID_Transcription : 3632 | ID_Image : 14395

Polémique à propos du Discours sur les Lettres
tomeTome 15
1.

La lettre à l'abbé Raynal est peu de chose-.  celle à Grim plusRéf. bibl.
laLa lettre à Grimm plus longue. « leLe moyen qu'on puisse ajouter foi à des écrivains scandaleux qui osent louer des barbares qui ne savent ni lire ni écrire. leLe moyen qu'on puisse jamais supposer de la pudeur à des gens qui vont tout nus, et de la vertu à ceux qui mangent de la chair crue ? »Réf. bibl.
cetteCette lettre est en réponse à la réfutation de MrM.Monsieur Gautier professeur de mathématiques &et d'histoire à Nancy. « ilIl m'apprend qu'on y (dans les collèges) enseigne aux jeunes gens je ne sais combien de belles choses qui peuvent être d'une bonne ressource pour leur amusement quand ils seront gdsgrands mais dont j'avoue que je ne vois point le rapport avec les devoirs des citoyens dont il faut commencer par les instruire. » Réf. bibl.
MrM.Monsieur Gautier avait dit : « les gdsgrands philosophes qui les possèdent (les sciences) dans un degré éminent sont sans doute bien surpris d'apprendre qu'ils ne savent rien. » Rousseau reprend : « Je crois qu'en effet ces gdsgrands philosophes qui possèdent toutes ces gdesgrandes sciences dans un degré éminent, seraient très surpris d'apprendre qu'ils ne savent rien. Mais je serais bien plus surpris moi-même, si ces hommes qui savent tant de choses, savaient jamais celle-là-. »Réf. bibl.
laLa Réponseréponse du roi de Pologne est platement &et bourgeoisement raisonnable. quelQuel pauvre style &et quelle pauvre raison à côté de l'autre !Réf. bibl.

Observations de JJean-JJacques Rousseau de Genève sur la réponse qui a été faite à son discours

quellesQuelles étranges idées RousseauJean-Jacques Rousseau se faisait du paysan ! « leLe philosophe qui se flatte dans de pénétrer dans les secrets de Dieu ose associer sa prétendue sagesse à la sagesse éternelle : il approuve, il blâme, il corrige, il prescrit des lois à la nature et des bornes à la divinité, et tandis qu'occupé de ces vains systèmes il se donne mille peines prpour arranger la machine du monde le laboureur qui voit la pluie et le soleil tour à tour fertiliser son champ, admire loue &et bénit la main dont il reçoit sces grâces sans se mêler de la manière dont

Transcription : Stéphanie Dord-Crouslé, Émeline Gorégues

Page de notes de lecture

Titre de la page : 1.

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :