fermer

f°012 - Verso | f°013 - Recto  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°014 - Recto -  >> f°014 - Verso | f°015 - Recto

Cote : Montmorency_495_f_014__r | ID_folio : 3622 | ID_Transcription : 3627 | ID_Image : 14380

Lettre Ă  d'Alembert sur les spectacles.

les 39 premières pages sont consacrés à démentir l'opinion de d'Alembert
que les ministres de Genève sont sociniens. Mais il ne montre pas du
tout comment ils ne le sont pas. - & il passe sans transition Ă  la
question des théâtres.

Prquoi on va au
spectacle.
C'est le mécontentement de soi-même, le poids de l'oisiveté qui
fait rechercher un amusement étranger « Je n'aime point qu'on ait besoin
d'attacher incessamment son cœur sur la scène, comme s'il était mal
à son aise au dedans de nous. »
( 36)

« l'on croit s'assembler au spectacle
et c'est lĂ  que chacun s'isole ; c'est lĂ  qu'on va oublier ses amis,
ses voisins ses proches, pr s'intéresser à des fables ; pour pleurer les
malheurs des morts, ou rire aux dépens des vivans  »
( 37.)

l'auteur flatte toujours le
public
ce n'est que
par les effets des spectacles sur le peuple qu'on peut déterminer leurs qualités
absolues. - le premier but est de plaire - pr plaire au peuple il faut 
des spectacles qui favorisent ses penchants. il faut que le peintre
flatte les passions. il ne fait donc que suivre le sentiment du
public. Molière attaqua des modes des ridicules mais il ne choqua
pas pr cela le goût public. il le suivit ou le développa.

on n'admire plus Molière
& Corneille - mais on n'ose
le dire
- Si Corneille
& Molière étaient à donner leurs chefs-d'œuvre aujourd'hui, ils
tomberaient « les connaisseurs ont beau les admirer toujours ; si le public
les admire encore c'est plus par honte de s'en dédire que par un vrai
sentiment de leurs beautés »
( 42)

« qui est-ce qui doute que sur nos théâtres
la meilleure pièce de Sophocle ne tombât tout à plat ? on ne saurait
se mettre à la place de gens qui ne nous ressemblent point »
( 43

« tout auteur qui veut nous peindre des moeurs étrangères a prtant
gd soin d'approprier sa pièce aux nôtres. »
(id)

réfutation de cette
mot idée  purger les passions en les excitant -  le trouble de l'âme
qui suit la pièce n'annonce pas une disposition bien
prochaine à surmonter & à régler nos passions- pr faire
détester une passion, l'auteur en choisit une qu'il veut
nous faire aimer, et c'est celle que
nous aimons ( 47) Ainsi le
théâtre

Transcription : Stéphanie Dord-Crouslé, Émeline Gorégues

Page de notes de lecture

Titre de la page : Lettre Ă  d'Alembert sur les spectacles.

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :