fermer

f°015 - Verso | f°016 - Recto  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°016 - Verso -  >> f°017 - Recto | f°017 - Verso

Cote : Montmorency_495_f_016__v | ID_folio : 3617 | ID_Transcription : 3622 | ID_Image : 14365
du monde et l'intention de l'auteur était qu'on rßt aux dépens du misanthrope. Réf. bibl.
laLa chanson du roi Henri, la pointe « en eusses-tu fait une Ă  te casser le nez » sont aussi prpour faire rire le parterre, et avilissent Alceste qui n'est prtantpourtant pas un homme Ă  faire des pointes -. c'estC'est dans un but tout comique que sont les rĂ©ticences d'Alceste (« je ne dis pas cela ») qui sont contraires Ă  son caractĂšre. « enEn vĂ©ritĂ© ce n'est pas la peine de rester misanthrope prpour ne l'ĂȘtre qu'Ă  demi ; car si l'on se permet le premier mĂ©nagement et la premiĂšre altĂ©ration de vĂ©ritĂ©, oĂč sera la raison suffisante prpour s'arrĂȘter jusqu'Ă  ce qu'on devienne aussi faux qu'un homme de cour ? »(p.page 91)
Alceste refuse de voir les juges et en cela il est ridicule, et prtantpourtant son refus n'est que celui de tout honnĂȘte homme -. ilIl est bien dans son rĂŽle et dans sa beautĂ© dans la gdegrande scĂšne : - « allons, ferme, poussez, mes bons amis de cour. » siSi le misanthrope Ă©tait plus misanthrope il serait moins plaisant parce qu'il ne serait jamais dans l'embarras -. « l'intĂ©rĂȘtL'intĂ©rĂȘt de l'auteur est de le rendre ridicule et non pas fou et c'est ce qu'il paraĂźtrait aux yeux du public s'il Ă©tait tout Ă  fait sage. » (p.page 94)
leLe rĂ©sultat est donc de faire prĂ©fĂ©rer les maximes du monde Ă  la vertu : « au gdgrand soulagement des spectateurs, il leur persuade que prpour ĂȘtre honnĂȘte homme, ... il suffit de n'ĂȘtre pas un franc scĂ©lĂ©rat. »RĂ©f. bibl.
enEn s'intéressant aux filous on est un peu leur complice. (p.page 97)
lesLes piÚces plus épurées sont ennuyeuses à périr.Réf. bibl.
onOn a renforcé l'effet de l'amour. importanceImportance exagérée des femmes au théùtre. ellesElles sont les précepteurs du public - danger. Danger de l'illusion pour la jeunesse. - laLa femme sait tout et fait  tout : « la femme est sur le théùtre et les enfansenfants sont dans le parterre » -. « auAu fond dans le monde, elles ne savent rien quoiqu'elles jugent de tout ; mais au théùtre, savantes du savoir des hommes, philosophes grùce aux auteurs, elles écrasent notre sexe de ses propres talenstalents. » (p.page 103)

Transcription : StĂ©phanie Dord-CrouslĂ©, Émeline GorĂ©gues

Page de notes de lecture

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :