fermer

f°015 - Recto | f°015 - Verso << Cote g226 - vol. 1 - f°016 - Recto -  >> f°016 - Verso | f°017 - Recto

Cote : g226_1_f_016__r____ | ID_folio : 3385 | ID_Transcription : 941 | ID_Image : 10154

Maison rustique, 2.

Binage
Ne pas croire qu’« il met le feu dans la terre » et qu’il n’est utile que dans le cas où les mauvaises herbes tapissent le sol.Réf. bibl.
Si on y met de l’économie, si on ne bine que deux fois au lieu de trois, les plantes vivront aux dépens de la substance destinée à la véritable récolte. (v.p. 225).
- Rarement appliqué aux céréales, à cause du nombre de bras que ça exigerait.Réf. bibl.
Destruction des mauvaises herbes : une jachère d’été – ou sur les sols légers la culture en ligne des navets, vesces, pommes de terre est le meilleur moyen.
Instrument pour les mauvaises herbes : paroire1 . Mais il est cher.
(p. 231)

Contre les mauvaises herbes : – hersage et labour profond, 5 ou 6 quelquefois, mettez les racines à l’air et enfouissez. C'est un engrais.Réf. bibl.
Dans les céréales venues en terres marneuses et argileuses, la Terre-noix, l'Orobe tubéreux.
Faites passer un troupeau de porc Ă  plusieurs reprises.
RĂ©f. bibl.

Chardon. – Un gant en peau de chèvre. Pourvu que la terre soit meuble à une grande profondeur.Réf. bibl.
Le Mélampyre des moissons = rougeole, = queue de renard. Le blé qui en contient donne au pain une couleur violette qui le déprécie.Réf. bibl.
La Prêle = queue de cheval, assez innocente et impossible à arracher2 .Réf. bibl.
Herbes inutiles sarclées. On les stratifie par lits alternatifs avec de la chaux. – Les substances se combinent et font un bon mélange comme engrais. – Méthode usitée dans les États-Unis.Réf. bibl.
Assolements
= l’art de faire alterner les cultures sur le même terrain pour en tirer constamment le plus grand produit aux moindres frais possibles3 .Réf. bibl.
Les végétaux destructeurs de moissons alternent sur le même sol4 .
Les arbres obéissent à la loi des assolements. - Après des coupes de hêtres, le sol se recouvre spontanément de fraisiers etc. (v.p. 257.)

Il faut entretenir la terre par la combinaison de cultures variées, dans un état convenable d’ameublissement et de propreté5 .
Faire précéder et suivre les cultures épuisantes par d’autres cultures propres à reposer le sol et à lui rendre sa fécondité6 .
À une plante d’une certaine espèce, d’un certain genre ou d’une même famille faire succéder autant que possible une plante d’une autre espèce, d’un autre genre et d’une autre famille7 .
RĂ©f. bibl.

En toute bonne exploitation, il faut pour chaque double hectare 1° une bête bovine ou cavalière ou leur équivalent en bêtes à laine, 2° pour chacune de ces bêtes les pailles d’un hectare dont moitié en pailles à blé, l’autre en paille d’avoine et de plus le fourrage tant vert que sec d’un demi hectare en prairie artificielle8 . Réf. bibl.
Il faut toujours un quart en froment - un quart en avoine - un quart en prairies artificielles - et un autre quart en culture nettoyant le sol9  -Réf. bibl.
Jachères : pour et contre.(p. 268-9)

Transcription : Stella Mangiapane

Page de notes de lecture

Titre de la page : Maison rustique, 2.


Notes

1Une figure illustre cet instrument dans l'ouvrage (t. I, p. 231).

2Dans l'ouvrage, les informations sur la prêle précèdent celles sur le mélampyre des moissons (t. I, p. 233).

3Dans l'ouvrage, on lit : "l’art de faire alterner les cultures sur le même terrain pour en tirer constamment le plus grand produit aux moindres frais possibles" (t. I, p. 256).

4On lit dans l'ouvrage : "les végétaux destructeurs de moissons alternent sur le même sol" (t. I, p. 257).

5On trouve dans l'ouvrage : "entretenir la terre par la combinaison de cultures variées, dans un état convenable d’ameublissement et de propreté" (t. I, p. 259).

6On trouve dans l'ouvrage : "faire précéder et suivre les cultures épuisantes par d’autres cultures propres à lui reposer le sol et à lui rendre sa fécondité" (t. I, p. 259).

7On trouve dans l'ouvrage : "à une plante d’une certaine espèce, d’un certain genre ou d’une même famille faire succéder autant que possible une plante d’une autre espèce, d’un autre genre et d’une autre famille" (t. I, p. 259).

8Le paragraphe dont Flaubert a tiré cette note est en italique dans l'ouvrage (t. I, p. 267).

9On trouve dans l'ouvrage : "il faut toujours un quart en froment - un quart en avoine - un quart en prairies artificielles - et un autre quart en culture nettoyant le sol" (t. I, p. 267).

Texte incluant cette page
Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :