fermer

f°031 - Recto | f°031 - Verso << Cote g226 - vol. 1 - f°032 - Recto -  >> f°033 - Recto | f°033 - Verso

Cote : g226_1_f_032__r____ | ID_folio : 834 | ID_Transcription : 971 | ID_Image : 2501

Manuel des engrais,  2

Marne
Composée d’argile et de carbonate de chaux – son influence ne s’exerce que par la chaux qui est ici fort gênée dans son action.
« Le marnage n’a pu être prôné que par les hommes ignorants qui ne suivaient aucune théorie. »
(p. 234)

Poudrette
On la laisse sécher pour en enlever la matière liquide avec quoi on fait du sulfate d’ammoniaque. Mais par là on perd les matières azotées.(p. 236-237)
La manière dont on traite la poudrette est barbare, absurde.Réf. bibl.
Style agricole
« On nous trouvera sans doute bien modérés en lisant ce qu’écrit avec une plume élégante et le cœur d’un honnête homme M. Rohart dans son Guide des engrais. »(Voir p. 241)
Composts
inventés par Jauffret, mais il s’y est ruiné.(p. 254)
Semer du sel
sur l’emplacement des villes détruites, pour stériliser le sol (comme Abimelech fit sur les ruines de Sichem) ne réussirait pas chez nous. - Davy a reconnu le bon effet du sel sur les engrais animaux. Beaucoup d’agriculteurs anglais salent1 leurs guanos. On en fait autant des purins en Suisse.Réf. bibl.
Enfouissement des engrais
Bon dans une terre légère. Dans une terre forte et humide il faut au contraire qu’il soit plus près de la surface.Réf. bibl.
L'usage de fumer en couverture et de laisser le fumier achever sa décomposition comme on fait en Normandie est funeste. Le purin se perd.
Il faut mieux faire une fosse.
(v. p. 269)

Ă‚ge des fumiers
Thaër veut qu’on enfouisse le fumier au premier labour. « J'envisage la méthode de l’employer au dernier labour comme absolument mauvaise2  ».(p. 270)
Le fumier frais contient toujours les graines des mauvaises herbes et des œufs d’insectes qui éclosent dans le sein de la terre, lorsqu’on l’emploie avant une fermentation convenable. C'est donc une objection importante contre l’usage de fumer avec du fumier long surtout lorsqu’il s’agit des céréales. La fermentation peut seule détruire ces ennemis de toute récolte notamment les insectes. Le sarclage est le remède à l’autre mal. Mais c’est une dépense de plus.(p. 272)
Pourquoi les excréments de l’homme conviennent-ils à toutes les cultures ? C'est qu’ils contiennent en abondance les principes minéraux de toutes les semences.(p. 286)
Falsifications des engrais
(p. 288)
Comment on trompe l’analyse chimique.

« L'analyse chimique des engrais ne porte et ne peut porter que sur des engrais secs. »(p. 289)
Compost Rohart, à Aubervilliers. – Engrais-base, types presque absolus qui pour être complets n’ont qu’une addition à recevoir « pour pouvoir être appliqués à des cultures déterminées avec une certitude mathématique. » (p. 293)

Transcription : Stella Mangiapane

Page de notes de lecture

Titre de la page : Manuel des engrais, 2


Notes

1On trouve bien "salent" dans l'ouvrage de E. et H. Landrin (p. 266).

2En marge, Flaubert n’indique pas le titre du chapitre qui contient ce paragraphe : "Enfouissement des engrais" dans l'ouvrage de E. et H. Landrin (p. 268-270), mais il écrit par erreur le titre du chapitre qui commence à la p. 270 : "Âge des fumiers".

Texte incluant cette page
Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :