fermer

f°049 - Recto | f°050 - Recto << Cote g226 - vol. 1 - f°051 - Recto -  >> f°052 - Recto | f°053 - Recto

Cote : g226_1_f_051__r____ | ID_folio : 1057 | ID_Transcription : 996 | ID_Image : 3170

Notes pour M. Gustave Flaubert.
Des fautes que peuvent commettre deux Parisiens qui veulent se livrer à l’agriculture

En partant de la donnée que vous m’avez indiquée : deux bonshommes, pouvant disposer d’une centaine de mille francs, et voulant cultiver vers le milieu du règne de Louis-Philippe une terre quelconque, vos héros auront à se préoccuper : 1° du choix d’un domaine ; 2° de se substituer aux fermiers pour exploiter directement ; 3° d’établir leur assolement ; 4° de choisir le matériel agricole ; 5° enfin de créer un troupeau pour faire des engrais.Réf. bibl.
Il est entendu qu’ils lisent les ouvrages traitant de la matière, qui sont à cette époque : La Maison rustique du XIXe siècle, les Annales de Roville, et les diverses publications de Mathieu de Dombasle1 , les œuvres de Gasparin2 , André Thouin3 , etc.Réf. bibl.

Transcription : Stella Mangiapane

Page de notes de lecture

Titre de la page : Notes pour M. Gustave Flaubert. Des fautes que peuvent commettre deux Parisiens qui veulent se livrer à l’agriculture


Notes

1Christophe-Joseph-Alexandre Mathieu de Dombasle (1777-1843), agronome, fonda une « ferme exemplaire » à Roville-devant-Bayon (Meurthe) et y installa une école d’agriculture.

2Adrien Étienne Pierre de Gasparin (1783- 1862), agronome et homme politique, auteur de nombreux ouvrages d’agronomie dont un Cours d’agriculture (1843-1849) lu par Flaubert pour Bouvard et Pécuchet.

3André Thouin (1747-1824), botaniste et agronome, spécialiste des greffes, introduisit en France plusieurs plantes exotiques ; il fut parmi les collaborateurs de l’Encyclopédie.

Texte incluant cette page
Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :