fermer

f°203 - Recto | f°204 - Recto << Cote g226 - vol. 2 - f°204 - Verso -  >> f°205 - Recto | f°206 - Recto

Cote : g226_2_f_204__v____ | ID_folio : 591 | ID_Transcription : 95 | ID_Image : 1772
injustice de l’égalité de l’amende. Elle est dérisoire pr le riche - cruelle au pauvre.
Peine de mort .
pas une seule voix ne s’est élevée contre elle, pendant l’antiquité  & le moyen âge.
Le premier meurtrier, dans la genèse, n’est pas condamné à mourir. - néanmoins
les lois de MoĂŻse consacrent la peine de mort.

- Augustin Nicolas, au 17e siècle, se prononce contre elle la torture. - après Montesquieu
Beccaria le premier, attaque la peine de mort.
vs J J. Rousseau la soutient. Contr. social   II ch 59.
copie
Beautés du
peuple

en 1791, le comité de législation par l’organe de Lepelletier St -Fargeau, propose de l’abolir
Mais malgré Pétion & Duport la proposition fut rejetée presqu’à l’unanim
& « aux applaudissements des tribunes »
( 230)

d’après le Code Pénal de 1810, elle est applicable dans 22 cas . en plus la mutilation aux parri
& aux régicides. plutard on y joignit le sacrilège - la brochure de Guizot. 1822

Transcription : Mitsumasa Wada

Page de notes de lecture

Texte incluant cette page
Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :