fermer

f°076 - Verso | f°077 - Recto << Cote g226 - vol. 5 - f°078 - Recto -  >> f°079 - Recto | f°079 - Verso

Cote : g226_5_f_078__r____ | ID_folio : 2507 | ID_Transcription : 3163 | ID_Image : 7520

Ste Beuve

je la porte en la voilant cette flamme profane et trop chère, je
la couve partout, elle transpire comme un parfum d'oranger voilé.
chateaubriand vol. 1 page 100


une longue incubation de piété murissante .
Port royal . V 1 . page 192 .


Ses soupirs se font vents .
Port royal. V. 1 . page 249 .


Une bonne journée aujourd'hui ; j'ai lu de l'homère ce matin et j'ai
vu Mde d Ă  quatre heures .
recueil de pensées 1852 . (extrait de la revue de Paris . 1 juin 1854


oraison funèbre d'un ami :
Messieurs vous avez désiré que nous ne quittions pas sans lui adresser
un dernier adieu les restes du médium habile, de l'ami excellent, du
coeur dévoré que nous perdons c'est pour obéir à ce voeu de l'amitié que
je me hasarde Ă  Ă©lever la voix dans un lieu et dans une circonstance
ou le silence Ă©mu est encore la plus Ă©loquente des paroles. etc
Voir tout le discours
évènement 7 juin 1866

Transcription : Elisabeth BaĂŻsse

Page de notes de lecture

Titre de la page : Sainte-Beuve

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :