fermer

f°227 - Verso | f°228 - Recto << Cote g226 - vol. 8 - f°229 - Recto -  >> f°230 - Recto | f°231 - Recto

La version PDF n'est pas encore disponible.

Transcription

 

Amélie Bosquet

                                                  ――

L’expansion de la vie intérieure par la conversation, n’est ce pas là aussi un des plus

grands charmes de la femme ? Pourquoi donc les femmes créées par Mr F. ne parlent

elles pas ? Elles laissent échapper quelques mots, quelques phrases, ce qu’on appelle

la réplique en monosyllabes et c’est tout ! On croirait que l’auteur craint, s’il pensait

pour elles, de leur faire cadeau de son esprit, ou, s’il traduisait simplement celui de

leurs modèles, de leur donner plus de bêtise qu’on n’en pourrait supporter. Mais les

rares paroles qu’il met dans leurs bouches comme dans celle de tous ses personnages sont

suffisamment significatives pour nous les faire connaître, ce sont des traits de caractère,

j’en conviens ! Cependant jamais un mot, si frappant qu’il soit, ne remplacera

l’analyse des pensées et des sentiments pas plus que la lueur rapide de l’éclair ne

peut remplacer la diffusion de la lumière du soleil ! le procédé de Mr F. convient mieux

au théâtre qu’au livre. Rien n’est plus triste d’ailleurs qu’un long roman sans

conversation ou sans confidence de femme ; c’est comme un printemps sans ramage

d’oiseau.                Le droit des femmes. (11 Xbre 1869

                                                  ――

L’organe de la revendication des droits de la femme, c’est Melle Vatnaz entremetteuse

et voleuse. Nous ne la citons que pour mémoire, l’honorabilité bien connue de celles

des nôtres de nos devancières dont le nom est resté nous dispensant de repousser cette

injure faite à notre cause

                                                  ――

Il prétend planer au dessus de son œuvre comme le dieu des spiritualistes au dessus

de la création. Mais ce dieu aperçoit au moins le bien comme le mal jusque dans leurs

profondeurs. Pour Mr F le bien n’existe pas, ou ce n’est qu’une faiblesse ; l’art

c’est le vrai, le vrai c’est le spectacle de l’homme et de la société saturés par le mal.

                                                  ――

Il stérilise son talent par l’orgueil d’un faux système qui n’est peut être au fond

que le système de l’orgueil.

                            Le droit des femmes  (18 Xbre 1869