fermer

f°231 - Recto | f°231 - Verso << Cote g226 - vol. 8 - f°232 - Recto -  >> f°001 - Recto | f°002 - Recto

Cote : g226_8_f_232__r____ | ID_folio : 2687 | ID_Transcription : 2105 | ID_Image : 8060

Cet affichage de la transcription n'est pas finalisé.
Merci de vous reporter Ă  la version ultra-diplomatique :
g226 - vol. 8 - f°232 - recto.


Parbleu ! cela vous va bien ; à vous qui avez éreinté l’écrivain monarchique et catholique
par excellence ! – qui donc ? – Balzac. –
La Baronne Arsinoé.
171
――
Monsieur vous êtes impitoyable ! s’écria Mde Charbonneau ; vous traitez bien mal M de
Vernay.. – Laissez moi faire Madame – 271
――
Je puis vous dire, en toute conscience, que je n’étais pas venu au monde comme ça. Mais
il faut être juste pour tous, même pour ceux qui ont le désagrément de posséder un de devant
leur nom. Quand on supporte depuis quinze ans, le poids du jour et de la chaleur, quand
on a eu à ses trousses les plus rudes jouteurs de la critique à coups de stylet ou à coups d’épingle,
quand on a été immolé cent fois sur les autels de la démocratie et les tables d’estaminet,
quand on a été traité d’idiot, de crétin, d’hypocrite, d’énergumène, d’intrigant, de
méchant, de grotesque, on perd patience à la fin, on sort de son caractère, et l’on est
tout étonné, un beau matin, de parler à peu près le même langage que ceux qui vous
font la vie si dure. 272
――
Je ne suis pas un saint, c’est positif, et quand ma bile s’amasse, il faut que je me
dégonfle : et puis, voyez vous ? le métier n’est pas gai ; il n’y a rien qui aigrisse le
caractère, à la longue, comme d’être trente deux ans parmi les battus, trente deux ans,
Monsieur ! Depuis le seuil de la première jeunesse jusqu’à l’extrême déclin de l’âge mur !
274
――
Comment, au milieu de ces mortifications variées, ne tournerait on pas à l’aigre ? Je suis
aigri, je ne m’en cache pas, aigri contre mes adversaires, contre mes amis peut-être. 276
――
Cultivez dans vos serres chaudes, amassez dans vos vases de chine les camellias et les roses,
les jacinthes et les tubéreuses ; mais n’écrasez pas du talon de votre botte la pauvre fleur
de violier ou de clématite qui végète sous les ruines ! 281
(Les jeudis de Mde Charbonneau)

Transcription : Norioki Sugaya

Page préparée pour le « second volume »

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :