fermer

f°016 - Verso | f°017 - Recto  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°017 - Verso -  >> f°018 - Recto | f°018 - Verso

Cote : Montmorency_495_f_017__v | ID_folio : 3615 | ID_Transcription : 3620 | ID_Image : 14359
Mais s'ils ont un thĂ©Ăątre au milieu de leur montagne il s'en suivra, relĂąchement de travail, augmentation de dĂ©pense, et comme ils seront obligĂ©s de renchĂ©rir sur leur Ɠuvre, diminution de dĂ©bit. - il faudra prpour aller au thĂ©Ăątre des routes « l'hiver il faudra faire des chemins dans la neige peut-ĂȘtre les paver, et Dieu veuille qu'on n'y mette pas des lanternes » (p.page 132) donc Ă©tablissement d'impĂŽts - les femmes voudront ĂȘtre mieux parĂ©es, introduction du luxe.RĂ©f. bibl.
lesLes thĂ©Ăątres peuvent ĂȘtre bons dans un pays &et funestes dans un autre (p.pages 135-136) - Quand le peuple est corrompu les spectacles lui sont bons &et mauvais quand il est bon lui-mĂȘme.RĂ©f. bibl.
Des comĂ©diens. commentComment les contenir. parPar des lois. maisMais il faut qu' qu'elles soient observĂ©es, qu'elles soient en rapport avec la situation donnĂ©e - le gouvernement ne peut avoir prise sur les mƓurs que par l'opinion publique « si nos habitudes naissent de nos propres sentimenssentiments dans la retraite, elles naissent de l'opinion d'autrui dans la sociĂ©tĂ©. Quand on ne vit pas en soi, mais dans les autres, ce sont leurs jugemensjugements qui rĂšglent tout ; rien ne paraĂźt bon ni dĂ©sirable aux particuliers que ce que le public a dĂ©sirĂ© tel, et le seul bonheur que la plupart des au hommes connaissent est d'ĂȘtre estimĂ© heureux. »(p.page 139)
lesLes instrumensinstruments propres Ă  diriger l'opinion publique ne sont ni des lois ni des peines ni nulle espĂšce de moyens coactifs. exempleExemple du Tribunal des MarĂ©chaux de France, ce qu'il aurait pu ĂȘtre &et ce qu'il est (p.pages 140-151). « ... n'est-ce pas un concert bien entendu entre l'esprit de la scĂšne &et celui des lois qu'on aille applaudir au thĂ©Ăątre ce mĂȘme Cid qu'on irait voir pendre Ă  la GrĂšve. ? » RĂ©f. bibl.
(p.page 152) duDu prĂ©jugĂ© du duel - « telsTels sont les prĂ©jugĂ©s que les rois de France armĂ©s de toute la force publique ont vainement attaquĂ©s. l'opinionL'opinion reine du monde n'est point soumise au pouvoir des rois ; ils sont eux-mĂȘmes ses premiers esclaves. »RĂ©f. bibl.
l'Ă©tablissementL'Ă©tablissement d'un thĂ©Ăątre Ă  GenĂšve sera de changer les opinions publiques. faudraFaudra-t-il Ă©tablir des censeurs. ? maisMais l'un des deux pouvoirpouvoirs bannira l'autre - est-il possible d'avoir des comĂ©diens honnĂȘtes gens ? RĂ©f. bibl.
leLe comédien (opinion contraire des St Saint-Simonienssaint-simoniens.)
[*Contradictions]
[*Haine des artistes]
l'Ă©tatL'Ă©tat de comĂ©dien est un Ă©tat de licence &et de mauvaises mƓurs -. partoutPartout cette profession est dĂ©shonorante : « à Paris mĂȘme, oĂč ils ont plus de considĂ©ration et une meilleure conduite que partout ailleurs, un bourgeois craindrait de frĂ©quenter ces mĂȘmes comĂ©diens qu'on voit tous les jours Ă  la table des grands » (p.page 157). prquoipourquoiPourquoi les eĂ»t-on mĂ©prisĂ©s s'ils n'Ă©taient pas mĂ©prisables ? RĂ©f. bibl.

Transcription : StĂ©phanie Dord-CrouslĂ©, Émeline GorĂ©gues

Page de notes de lecture

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :