fermer

f°026 - Verso | f°027 - Recto  << Cote Montmorency - vol. 495 - f°027 - Verso -  >> f°028 - Recto | f°028 - Verso

Cote : Montmorency_495_f_027__v | ID_folio : 3596 | ID_Transcription : 3601 | ID_Image : 14302
l'idĂ©eL'idĂ©e des reprĂ©sentansreprĂ©sentants vient du gouvernement fĂ©odal, de cet inique et absurde gouvernement dans lequel l'espĂšce humaine est dĂ©gradĂ©e et oĂč le nom d'homme est en dĂ©shonneur. RĂ©f. bibl.
lesLes Grecs qui avaient des esclaves prpour faire leurleurs travaux donnaient tous leurs soins à leur liberté.Réf. bibl.
Rousseau Sese prononce pr l'esclavage
« quoiQuoi ? la libertĂ© ne se maintient qu'Ă  l'appui de la servitude ? peut-ĂȘtre. » - « ilIl y a telles positions malheureuses oĂč l'on ne peut conserver sa libertĂ© qu'aux dĂ©pens de celles d'autrui, (c'est lĂ  tout le problĂšme politique - : Conserverconserver sa libertĂ© sans nuire Ă  celle d'autrui) et oĂč le citoyen ne peut ĂȘtre parfaitement libre que l'esclave ne soit extrĂȘmement esclave. »RĂ©f. bibl.
« quoiqu'ilQuoiqu'il en soit, à l'instant qu'un peuple se donne des représentansreprésentants il n'est plus libre, il n'est plus. »(p.page 180)
l'institutionL'institution du gouvernement n'est point un contrat. leLe seul contrat dans l'Ă©tat c'est celui de l'association. celuiCelui-lĂ  seul en exclut tout autre. limiterLimiter l'autoritĂ© suprĂȘme c'est la dĂ©truire -. ceCe contrat du peuple avec telles ou telles personnes serait un acte particulier., d'oĂč il suit que ce contrat ne saurait ĂȘtre une loi ni un acte de souverainetĂ©, et que par consĂ©quent il serait illĂ©gitime. (chchapitrechap. XVI)
leLe gouvernement s'institue 1° par une loi émanée du souverain qui statue qu'il y aura un corps de gouvernement établi sous telle ou telle forme. ; 2° par la nomination de chefs qui seront chargés du gouvernement établi. ilIl semble ici y avoir contradiction : le gouvernement n'existe pas &et voilà un acte de gouvernement. c'estC'est qu'il y a conversion subite de la souveraineté en démocratie ; en sorte que sans aucun changement sensible et seulement par une nouvelle relation de tous à tous, les citoyens devenus magistrats passent des actes généraux aux actes particuliers et de la loi à l'exécution. ...enEn suivant néanmoins les principes ci-dessus cela ne se peut, le peuple n'a pas droit à la réalisation d'aucun fait particulier ; il n'est compétent que prpour la loi. laLa nomination des magistrats n'est pas une loi. Réf. bibl.
puisquePuisque l'acte qui institue un gouvernement n'est point un contrat, mais une loi, le peuple peut changer de gouvernement quand il lui plaĂźt sans manquer Ă  rien. RĂ©f. bibl.

Transcription : StĂ©phanie Dord-CrouslĂ©, Émeline GorĂ©gues

Page de notes de lecture

Si vous avez relevé une erreur de transcription ou de normalisation, si vous pensez avoir déchiffré un mot illisible, prenez contact avec nous :