fermer

f°034 - Recto Autre Vue | f°034 - Recto Becquet verso << Cote g226 - vol. 8 - f°035 - Recto -  >> f°035 - Recto Becquet verso | f°036 - Recto

La version PDF n'est pas encore disponible.

Transcription

Politique
La France -
20 Juin 1879

Opposition
Catholique

PARIS, VENDREDI 20 JUIN 1879

––––
L’EXPIATION DU 2 DÉCEMBRE
––––––––

 

La mort du prince Napoléon-Eugène,
dont 1a nouvelle est arrivée cette nuit et
dont l’authenticité ne saurait être contes-
tée, est un événement à l’importance du-
quel ne saurait être comparée que celle
de la mort de M. le comte de Chambord
le jour où inévitablement elle arrivera.
Cette triste fin du jeune héritier de
l’auteur de l’attentat du 2 Décembre en
est l’expiation, comme la triste fin du
jeune héritier de l’auteur de l’attentat du
18 Brumaire en fut aussi le châtiment.

C’est ce que dira l’histoire.

Mais malheureusement, ni ce châti-
ment, ni cette expiation ne sont les ré-
parations pour la France de la perte de
ses deux lignes de frontières, perte que
lui ont causée le premier Empire, en
1815, après Waterloo, et le second Em-
pire, en 1870, après Sedan.

 

 

L’abbé Godard, curé de la paroisse de
Chislehurst, vient d’expliquer à ses fi-
dèles, en chaire, la cause de la mort du
prince Louis-Napoléon.

Nous transcrivons la phrase sur la
version qu’en donnent les journaux bo-
napartistes.

 

Combien impénétrables sont les voies de la
Providence ! Le prince nous a été enlevé de peur
que le mal ne souillât sa vie ! ! !

Nous éprouvons le besoin de répéter
que ce sont là les paroles textuelles de
l’abbé.

Ainsi, le prince a été tué pour qu’il ne
fît pas le mal !...

Il faut croire que le bon Dieu se dé-
fiait singulièrement de son enfant
chéri.

Car enfin Dieu, qui voit tout, n’aurait
pas fauché dans sa fleur le jeune prince
s’il n’eût pas été sûr d’avance qu’il al-
lait commettre quelque bévue.
Je défie bien les bonapartistes de sor-
tir de là.

À moins qu’ils ne confessent que le
curé de Chislehurst a commis une sot-
tise.

 

***

Le 13 juillet 1842, le prince d’Orléans
était tué par un accident de voiture.

Le lendemain, on lisait dans la Gazette
de France ces lignes, signées : de Ge-
noude ; vous entendez bien, l’abbé de

Genoude :

LE PETIT FILS DE PHILIPPE-
ÉGALITÉVIENT DE MOURIR ;

C’EST UNE EXPIATION !

 

 

politique

piation